Blog

Le ténor Maxwell Levy rejoint la liste des artistes d'Athlone

«Je prédis que vous entendrez beaucoup plus parler du ténor Maxwell Levy… M. Levy est ce ténor rare, à la voix quelque peu sombre qui a non seulement l'accouchement stentorien nécessaire pour remplir n'importe quelle salle, mais aussi la capacité de le réduire avec des résultats magnifiques, car il imprègne sa vocalisation d'un cœur et d'un sentiment immenses ... les acclamations des maisons sont une indication, je pense que la réponse est: Plus, s'il vous plaît. - Opera Today (Reine de pique - Glimmerglass 2019)

Athlone Artists est heureux d'accueillir le ténor Maxwell Levy dans sa liste d'artistes. Levy, qui devrait retourner à Londres pour sa dernière année au programme de la Royal Academy Opera cet hiver, est un interprète passionné de répertoire d'opéra, d'oratorio, de chant d'art et de théâtre musical. Ses récents moments forts de sa carrière incluent le chant du rôle d'Hermann dans La reine de pique au Glimmerglass Festival, Tamino en Die Zauberflote et Ricardo chez Massenet Chérubin à la Royal Academy Opera de Londres et à l'Opera Box Ghost à Les fantômes de Versaillesdirigé par Joseph Colaneri à l'Opéra Royal du Château de Versailles. Il devait reprendre son rôle d'officier Krupke dans la production du festival Glimmerglass 2018 de Francesca Zambello West Side Story au Teatro Lirico di Cagliari et fait ses débuts en tant que Don José dans Opera Loki's Carmen, en tournée en France et au Royaume-Uni, mais ces performances ont dû être reportées en raison du COVID-19.

Levy a emprunté ce qu'il appelle «à la fois une route détournée et une route directe» pour se rendre sur la scène lyrique. Il a grandi à New York dans une famille enracinée dans la royauté musicale - son arrière-grand-père Abe Feder était un concepteur d'éclairage nominé aux Tony avec plus de 300 productions de Broadway sur son CV et sa grand-mère maternelle, Toba Sherwood, une actrice professionnelle qui a joué dans le production originale de Broadway Le gars le plus heureux. Ses parents - mais pas les artistes de théâtre eux-mêmes - ont inculqué à leur fils l'amour de la musique, et il a commencé à se produire dans des productions de théâtre musical locales et régionales à l'âge de six ans. Ce n'est qu'à sa dernière année de lycée que Levy a découvert l'opéra, lorsque son professeur d'histoire européenne de l'AP a réussi à obtenir des billets pour sa classe pour assister à une répétition générale de Tosca au Met. «Je pensais que j'allais m'endormir», dit Levy. «Au lieu de cela, je suis sorti à la fin du premier acte et j'ai pensé: 'C'est ce que je veux faire pour le reste de ma vie.'» 

Bien qu'il aimait jouer comme passe-temps, Levy a poursuivi ses autres passions, comme l'écriture créative et la philosophie politique, ce qui l'a conduit à l'Université de Pennsylvanie pour obtenir son baccalauréat en philosophie, politique et économie. Au cours de sa deuxième année, il rencontre le baryton-basse Thomas Shivone, alors étudiant au Curtis Institute, qui a aidé à préparer le jeune ténor à une audition en chœur à l'Opéra de Philadelphie. Toujours à la recherche de son diplôme à Penn, Levy a été embauché pour se produire dans quatre spectacles avec la compagnie. «Le premier était Turandot avec Christine Goerke », se souvient Levy. «C'était comme si tous mes rêves se réalisaient. Et j'ai décidé que ça valait le coup pour moi d'essayer ça. Shivone a présenté Levy à la célèbre professeure de chant Marlana Malas, qui l'a amené à étudier à la Chautauqua Institution, puis - après avoir terminé ses études de premier cycle - au programme de maîtrise à la Juilliard School. 

Les deux derniers étés, Levy a participé au programme des jeunes artistes au festival Glimmerglass, où il a rencontré Miguel Rodriguez d'Athlone Artists. Les deux ont forgé une parenté musicale sur Zoom, au cours de laquelle Levy est devenu convaincu que les deux allaient bien. «Miguel est une personne gentille, solidaire, encourageante et attentionnée», dit Levy. «Il est plus que ce que j'aurais imaginé chez un manager, et j'ai le sentiment que cela va être une connexion permanente.» 

Levy a hâte de retourner à Londres cet automne et de se plonger dans de nombreux autres personnages d'opéra. Il aime toujours lire la philosophie politique et l'écriture créative, mais ne regrette pas de s'être éloigné de son cheminement de carrière d'origine. «Quand je regarde en arrière», dit-il, «tout soupçon de doute a été repoussé par le bonheur que je ressens sur scène.»