Blog

Au-delà de la bio : la soprano Joanna Mongiardo rejoint Athlone Artists

« Vous pourriez difficilement reprocher à [Nemorino] de dépenser sa dernière lire pour un simulacre de désir. Et d'autant plus compte tenu de la distribution environnante, avec Adina de Joanna Mongiardo livrée avec style et éclat. -Le Boston Globe, L'avis de Jeremy Eichler sur L'élixir d'amour au Boston Midsummer Opera

Joanna Mongiardo ne se souvient pas d'un moment où elle ne chantait pas. La soprano a récemment été reconnue comme « un triomphe » par Actualités de l'opéra pour son interprétation de Rosalina dans Teatro Gratticielo's Le roi au Lincoln Center, « négociant sans effort la fiorature, les trilles étendus et les notes aiguës stratosphériques » du rôle, et BachTrack a cité sa « soprano lisse, prune, harmonieusement mélangée et colorature fluide.

Ces dernières saisons, Joanna a apporté "l'énergie et le charme [de] sa délicieuse blonde" (ForumOpéra Magazine) à plus de trente représentations de L'enlèvement du sérail, notamment des productions au Grand Théâtre de Genève, à l'Opéra Nice Côte d'Azur et à la Deutsche Oper am Rhein – compagnie avec laquelle elle a débuté sa carrière professionnelle et a interprété de nombreux rôles principaux dont Sophie dans Le Rosenkavalier, Oscar dans Un ballo à maschera, Nannetta dans Falstaff, et Suzanne dans Le nozze di Figaro

Joanna a été vue sur des scènes de concert de Bellingham, Washington, à Shanghai, en Chine, et a joué son rôle de signature en tant que soliste dans Carmina Burana avec plus de quinze orchestres, dont l'Orchestre de Philadelphie, l'Orchestre symphonique de Detroit, l'Orchestre symphonique national et l'Oratorio Society de New York. 

Pour commencer, Joanna vient de sortir son premier album solo, Toujours sur Crossover Records, enregistré en direct à Opera America.  

Joanna a grandi à Montclair, dans le New Jersey, immergée dans la culture italienne et gréco-arménienne de sa famille. Elle attribue à ses parents qui la soutiennent le fait de lui avoir inculqué un profond amour de la famille, de la nourriture et de la musique. « J'ai toujours aimé chanter », dit Joanna. "Et mes parents ont toujours encouragé cet amour." Enfant, elle se souvient avec émotion de plusieurs voyages en famille pour voir des spectacles à Broadway. Alors qu'elle n'avait que onze ans, Joanna a été choisie pour sa première production, jouant Marta dans Le son de la musique. C'est là qu'elle rencontre Donna Jeanne Schutz (Turnell). "Elle jouait le rôle de Mère Abbesse", se souvient Joanna. "Et elle a approché mes parents et a dit:" Votre fille a un vrai don et pense que nous devrions lui donner des cours de chant. "" Ils ont accepté de tout cœur et Turnell est devenu le premier professeur de chant de Joanna. "Elle m'a fait vocaliser jusqu'aux do aigus et au-delà", se souvient Joanna. "Je n'avais que douze ans et j'étais déjà amoureux de l'opéra." 

Joanna a continué à entretenir une relation étroite avec Turnell et d'autres personnes qui l'ont aidée tout au long de son cheminement de carrière, qui comprenait un diplôme en musique du Peabody Institute de Johns Hopkins et une maîtrise de Yale. « Ces relations sont très importantes », dit Joanna. « Il faut vraiment un village. J'ai eu tellement de chance d'avoir les bonnes personnes dans mon coin – des gens en qui je peux avoir confiance. Des gens qui m'ont aidé à comprendre ce métier, à la fois techniquement et émotionnellement.

Au début de sa carrière, Joanna a été embauchée par le Deutsche Oper am Rhein. "C'était une sorte d'endoctrinement par le feu", explique Joanna. « C'était vraiment intimidant au début, mais ils m'ont guidé. L'entreprise est devenue comme une seconde famille pour moi. Mon temps en tant que chanteuse de festival là-bas a culminé avec mes débuts dans le rôle de Sophie dans Le Rosenkavelier – J'ai adoré chanter le rôle et cet opéra est magique ! 

Bien qu'elle ait adoré son séjour en Allemagne – et qu'elle se réjouisse toujours de l'opportunité de retourner en Europe – Joanna a décidé de faire sa résidence permanente aux États-Unis. Entre ses engagements de chant, elle chérit le temps passé en famille, cultive ses racines méditerranéennes à travers la cuisine et est une lectrice avide et une yogi. Elle siège également au conseil d'administration de la Chappaqua School Foundation, aidant à fournir des subventions pour des projets scolaires innovants. 

Pendant tout ce temps, Joanna a maintenu une réputation dans le monde de l'opéra et de l'orchestre pour "sa technique d'acteur et solide comme le roc" (Intelligence musicale de Boston) et sa « solide technique, musicalité et maîtrise de la scène » (Magazine Opus). Elle a fait ses débuts avec Charis Chamber Voices dans Schubert's Mirjams Siège de siège en mai 2022 ; joué en récital avec Novus NY ; a été entendu comme soliste dans Haendel Messie avec la Chorale nationale en 2021 ; et a interprété des œuvres de Haendel, Haydn, Mozart, Mahler et Schumann avec les symphonies de Pittsburgh, San Diego, Indianapolis, Oregon et Greater Bridgeport, et l'Orquesta Sinfónica Nacional de México, sous la direction de Charles Dutoit, Philippe Auguin, Jonathan Darlington, John Fiore, Leopold Hager, Neemi Jarvi, JoAnn Falletta et Carlos Miguel Prieto. À l'automne 2019, elle a été invitée à se produire dans le cadre du 75th Fête d'anniversaire. 

Mongiardo compte parmi sa carrière met en évidence ses débuts à l'Opéra de Dallas en tant que Brigitta dans Tchaïkovski iolanta; et chantant les rôles de La Prima Elfe dans Respighi La campagne sommersa avec l'Opéra de New York ; Fata Azzurra chez Respighi La belle endormie dans les bois avec Teatro Grattacielo; Cinna dans Mozart Lucio Silla avec Odyssey Opéra ; Juliette dans Roméo et Juliette avec Dayton Opera et Madison Opera; Anne Trulove dans Les progrès du râteau avec l'Opéra de Tolède ; et les rôles-titres de Rossini Semiramide avec Opéra Nice Côte d'Azur et Flotow's Martha avec le Boston Midsummer Opera. Un favori du Central City Opera, Mongiardo a été vu dans les rôles d'Eurydice dans Orphée aux enfers, Thérèse dans Les Mamelles de Tirésias, et Lauretta dans Gianni Schicchi. Elle a également chanté le rôle-titre dans les 50th Production anniversaire de La ballade de Baby Doe, a propos de Actualités de l'opéra a écrit: "Petite, avec un sourire rempli de théâtre, Mongiardo rayonnait de chaleur à travers son timbre frais et nacré."

« La raison pour laquelle j'ai continué dans cette voie », dit Joanna, « c'est parce que chanter m'apporte tellement de joie. Je l'aime. Je me sens chez moi quand je chante. Il n'y a pas de plus grande sensation que lorsque l'orchestre commence à jouer et que vous savez qu'il va vous élever et vous transporter. C'est un privilège de pouvoir faire ça. »